Archives du mot-clé So Fatoo

Village des artistes à Dakar

 Il y a les fans de Beyoncé (que j’aime bcp au passage) et il y a moi qui depuis mon enfance ai été baignée dans le souvenir du Capitaine Thomas Sankara. Il fait partie des personnalités que j’admire le plus avec Nelson Mandela (que je prenais pour mon papi dans mes rêves), Michael Jackson (si vous me connaissez, vous savez que je suis fan au point d’être allée me recueillir devant la maison où il est décédé), Patrice Emery Lumumba dont mon cousin porte le prénom en hommage (c’est vous dire combien on nous a façonné au berceau) et Leymah Gbowee la seule femme de ce groupe cher à mon cœur. Elle a reçu le prix Nobel de la paix pour son combat pour le retour de la paix au Liberia. Pas étonnant que je sois devenue activiste et défenseur de la démocratie en Afrique et en particulier au Gabon mon pays. Vous connaissez maintenez quelques unes des personnes dont le courage, la dévotion aux autres et l’engagement m’inspirent le plus. Dans mon monde imaginaire, nous sommes assis à la même table en train de partager un repas dans une conversation sans fin qui m’apprendra tout, tout de la vie. Cela n’arrivera bien sûr jamais car tous sauf une ne sont plus de ce monde mais rien ne m’empêche de fouler un de ces jours le sol du pays des hommes intègres pour aller saluer la mémoire du grand Capitaine qui pose ici à côté de moi… dans une magnifique tenue en Faso Dan Fani.

En attendant, je vous emmène visiter le village des artistes à Dakar. Un lieu magique où se côtoient peintres, sculpteurs et autres doués de leurs mains. Vous pourrez entrer dans leurs ateliers pour discuter et partager un thé, visiter le musée au sol de sable et pourquoi pas repartir avec une oeuvre d’art made in Senegal. Moi je n’ai fait que prendre la pose dedans, dehors, partout. Cheers !!!!

Top : So Fatoo

Denim : Def shop

Photos : Aldi Diasse

En attendant mon Leopold Sedar Senghor…

Si l’on avait dit à la petite fille qui apprenait des poèmes de Leopold Sedar Senghor que je marcherais dans sa maison, je ne l’aurais jamais cru possible. Mais hey, la vie m’a appris à maintes reprises que l’impossible reste possible. Et que les petites filles amoureuses de lettres finissent un jour par fouler le sol et la demeure des poètes qui les ont le plus marquées. Senghor est l’un des miens.

Si vous passez par Dakar, je vous invite à prendre un ticket pour visiter la demeure de l’ancien président et académicien ouverte au public. Le guide, qui fût l’un des plus proches collaborateurs du président, vous fera voyager dans le temps avec ses belles anecdotes au sujet du « Président Senghor » comme il aime à l’appeler. D’une histoire à l’autre, « Madame Senghor » que son époux appelait « Colette » apparaitra dans le récit, de même que le fils Phillipe adoré et décédé tragiquement. Le plus touchant était leur incroyable routine quotidienne entre les audiences du matin, les heures de lecture du Président, la promenade avec Colette, le déjeuner à deux dans la salle à manger verte, le temps passé à écrire dans son bureau, le choix de son lit, la couleur du canapé dans le salon de Madame, les cadeaux offerts par les chefs d’Etats au cours des voyages officiels et son incroyable collection de livres qui m’a rappelé à quel point j’ai encore tant de choses à apprendre dans les livres, tout, tout a une histoire dans dans cette maison. Malheureusement, rien ne peut être pris en photo, raison pour laquelle je ne peux vous montrer ici que l’extérieur de la maison et ma tenue 100% sénégalaise faite d’un ensemble boubou de la créatrice So Fatoo et un béret de la reine du pagne tissé Collé Sow Ardo que je possède depuis 2010, date de mon premier voyage à Dakar.

Faada Freddy m’a demandé quel était mon moment préféré à Dakar : indiscutablement, ce fût celui-ci. Je me suis sentie privilégiée au possible et surtout, j’en suis sortie en me voyant faire mes promenades dans le jardin de ma maison au soleil avec celui dont je suis la Colette. Notre maison aura une grande porte marocaine, un patio verdoyant dans lequel nous irons lire souvent sans un mot, un jardin avec des arbres fruitiers à perte de vue, une cabane dans un arbre pour nos petits-enfants et nous nous y promènerons tous les jours en parlant de tout et rien et surtout en riant l’un de l’autre jusqu’à ce que nos cheveux soient suffisamment gris pour ne plus pouvoir les compter et nos souvenirs encore plus infiniment nombreux. Là, et seulement là, la vie pourra nous séparer, la main de l’un dans celle de l’autre et le plus doux des sourires aux lèvres car ce ne sera qu’un « aurevoir mon amour« . En attendant de nous retrouver de l’autre côté.

Et non, je ne vous parle de Faada Freddy, je vous vois déjà venir ah ah ah !!!!

Total look : So Fatoo

Chapeau : Colle Sow Ardo

Photos : Aldi Diasse

Et si on se décidait à vivre, vraiment ?

N’est-ce pas le bon moment pour se décider à vivre densément ? Si densément, intensément et pleinement qu’une année deviendrait l’équivalent de dix et le passé ne serait qu’une seule page du livre de votre vie.

Avant que le temps ne s’en aille, avant que la lumière ne s’éteigne, avant que tout ne prenne fin, laissons déjà tout recommencer. Peu importe le passé. Peu importe hier. Seuls importent aujourd’hui et demain. Donnons vie à notre nouvelle vie.

J’ai lu ces mots mais sur un compte Twitter (celui de Nayyirahawleed), j’y ai rajouté quelques uns des miens et je n’ai pensé qu’à une chose : les partager avec vous.

Donnons vie à la plus belle version de notre vie, avant qu’elle ne prenne fin. N’attendons rien des autres, créons notre vision de la vie que nous aimerions laisser derrière nous car le temps passe inéluctablement. Qui est partant(e) ?

Ensemble :  So Fatoo

Shoes/Escarpins : Christian Louboutin