Archives du mot-clé Rose

Kimono and flowers, not by Kenzo…

Bonjour mes beautés ! Nouvelle semaine, nouveau look pour la commencer avec un kimono, l’une des pièces phares de cette saison avec le retour du soleil. J’ai trouvé le mien chez 123 Paris, une marque française que j’affectionne particulièrement.

Si vous pouviez sentir la matière de ce vêtement…  Il peut se porter au travail (oui, oui), à la maison (façon pyjama chic) mais aussi à des occasions spéciales le jour comme le soir : mariage, baptême, cocktail, restau en amoureux. C’est tout ce que j’aime dans un vêtement : qu’il me corresponde, qu’il tombe bien, qu’il soit beau et multi-occasions.

Vous trouvez le lien pour trouver ce kimono en ligne ici et me direz merci plus tard.

Bon début de semaine à tous. Soyez beaux. Soyez brillants. Toujours !

Kimono : 123 Paris (acheter le HAUT ICI et le BAS ICI)

Chaussures/Shoes  : Christian Louboutin

Photos : Andreus Fox

Pink friday

12 roseCher cancer du sein,

Il y a 3 ans, tu m’as fait la frayeur de ma vie lorsque j’ai senti un matin une boule dans ma poitrine. Je me suis convaincue que ce n’était rien, et surtout que ce n’était certainement pas toi puis que nous n’avions aucun antécédent de cancer du sein dans la famille. J’étais d’autant plus sûre de moi que j’avais lu que le fait d’allaiter réduisait de beaucoup les risques de cancer du sein, sans compter le fait de ne pas fumer. Avec 4 enfants que j’avais tous nourri au sein (jusqu’à 10 mois pour le plus glouton), je me pensais à l’abri et pourtant, lorsqu’au cours d’une visite de routine à mon cher Docteur Akue de gynécologue, il senti lui aussi cette masse, j’ai dû me rendre à l’évidence : il fallait faire une mammographie. Ce que je fis, des semaines après, parce que la peur est là et on se dit qu’on préfère remettre à plus tard la mauvaise nouvelle. La mammo me révéla 6 kystes ACR 2, comme je ne comprenais pas ce que cela signifiait, j’en ai fait une autre quelques semaines après dans un autre labo qui m’en révéla 12! Et là, panique! Le laborantin avait avait beau m’expliquer qu’ils ne présentaient aucun danger, je ne l’entendait déjà plus. Tout ce que je voyais, c’était mes obsèques, mes chers enfants ne comprenant pas quand Maman reviendrait, mes amies d’enfance sonnées, toute ma famille se rappelant Scheena la drôle, Scheena la bonne élève, Scheena qui faisait des quiches incroyables, Scheena ci, Scheena ça. Et tu sais quoi? Je me suis dit qu’il était hors de question que cela arrive! Alors j’ai sauté dans le premier avion pour Paris et j’ai attendu des semaines pour obtenir un rdv au service Oncologie Médicale de l’Hôpital Tenon. Je n’ai pas éprouvé de pitié pour ces femmes qui étaient assises dans le couloir avec, qui une perruque pour cacher une perte de cheveux, qui un proche pour tenir une main tellement affaiblie… La pitié n’a rien à faire là. J’avais envie d’entonner un chant de guerre pour nous donner à toutes du courage mais ça n’aurait pas été approprié. Alors, je me suis contentée de sourire et j’ai dit bonjour à celle qui était assise à côté de moi. Elle avait la trentaine et je pouvais voir les ravages de la maladie sur son visage, dans ses yeux… Quand mon tour fut venu, le médecin me fit passer les examens nécessaires en me racontant des blagues avec son assistante. Nous avons ri et le temps est vite passé. Quelques jours plus tard, il m’a reçu pour me transmettre mes résultats et m’a dit ceci avec ce sourire qui ne le quitte jamais: « Surtout ne revenez pas me déranger avant vos 50 ans, d’accord? Vos seins sont en parfaite santé. Allez fêter ça! » Je suis allée m’acheter des chaussures avant d’appeler tous ceux qui savaient ce que je traversais et m’avaient soutenu pendant ces interminables mois. 

Cher cancer du sein, je n’ai pas eu l’occasion de te dire merci car depuis ce jour, tu m’as ouvert les yeux. La vie est courte et belle, il ne sert à rien de la gâcher en faisant des choses qu’on n’aime pas avec des gens qu’on n’aime pas. Grâce à toi, j’ai tout plaqué après ça pour vivre une nouvelle vie, loin de tout ce qui m’avait rendu malade physiquement et mentalement. Et depuis, je sais ce que je dois faire pour que tu ne viennes plus me hanter : une mammographie tous les deux ans, même si je n’ai pas encore 50 ans. Je sais aussi que comme les parasites, tu es plus fort quand on n’est pas combatif, positif, confiant, sûr de guérir. Si d’aventure tu revenais me faire ce genre de frayeur, soit sûr d’une chose, ce n’est pas une femme que tu trouveras sur ton chemin mais un fauve: Mohamed Ali. Oui, tout à fait, le plus grand boxeur de tous les temps qui disait ceci : « J’ai lutté avec un alligator, je me suis battu avec une baleine, j’ai passé les menottes à un éclair et emprisonné la foudre. La semaine dernière encore, j’ai tué une rocher, blessé une pierre, fait hospitaliser une brique. Je suis si méchant que je rends la médecine malade. » En cas de combat, ce sera toi ou moi. Regarde dans mes yeux et tu comprendras…


1 rose2 rose17 rose6 rose10 rose7 rose14 roseEn ce dernier jour d’octobre rose, mon coeur, mes pensées et mes prières vont à toutes les femmes qui ont combattu, combattent ou seront amenées à combattre un jour le cancer.

A vous qui me lisez, si vous sentez une boule sur vos seins, voyez apparaitre une rougeur, un écoulement suspect… n’hésitez pas à consulter au plus tôt et surtout, partagez ces informations avec d’autres femmes, en particulier, celles âgées de plus de 50 ans. On peut vaincre le cancer du sein. Toutes ensemble.

Robe/Dress: Asos – Ceinture/Belt: H&M – Chaussures/Shoes: Gucci – Sac/Bag: Chanel – Boucles d’oreille/Earrings: Tiss’ame – Collier: Acheté au village artisanal de Libreville – Gants/Gloves: Topshop

Photos: Andreus Fox

Coach en image, certifiée d’Etat en France et membre du Réseau International des Conseillers et Collaborateurs d’Image (RICCI), Scheena Donia apprend aux femmes et aux hommes à être beaux et élégants en toutes circonstances. Elle enseigne à ses clients la maîtrise des styles vestimentaires correspondant à leurs professions et personnalités pour maximiser l’impact de leur image personnelle au quotidien.

N°2 de la garde robe professionnelle

2'

Vous le savez déjà, la pièce maîtresse d’une garde robe professionnelle est une veste (voir post précédent). Et ensuite? Ensuite, il y a le bas que l’on pourra porter au bureau du lundi au vendredi mais également à une soirée, un cocktail, au restau, à un rdv en amoureux… Bref à toutes les occasions qui rythme la vie d’une femme active. Cette pièce c’est un pantalon noir. On a beau être des working-girls, on va chipper sans hésiter cette pièce aux hommes et on portera notre pantalon près du corps et toujours dans des matières nobles pour un tombé sans fausses notes. Et si on 2 ou 3 autres pantalons de bonne facture (et de couleurs grise, marron ou beige) c’est encore mieux. Il ne nous reste qu’une chose à faire: briller dans ce que nous faisons!

4'1'3'5'

En attendant la leçon numéro 3, je vais me contenter de traverser et retraverser  la rue…

Chemisier/Blouse: Zara – Pantalon/Pants: Cop Copine –  Chaussures/Shoes: Gucci

Photos: Sasha K

Coach en image, certifiée d’Etat en France et membre du Réseau International des Conseillers et Collaborateurs d’Image (RICCI), Scheena Donia apprend aux femmes et aux hommes à être beaux et élégants en toutes circonstances. Elle enseigne à ses clients la maîtrise des styles vestimentaires correspondant à leurs professions et personnalités pour maximiser l’impact de leur image personnelle au quotidien. 

Fashion show look

My look at Imane Ayissi SS14 show.
Mon look au défilé Imane Ayissi SS14. Rien ne remplace une parfaite petite robe noire. Elle fait toujours le boulot, quelque que soit la circonstance. Tout dépendra de comment vous l’accessoirisez. J’ai voulu lui apporter un peu de douceur avec des accessoires pastels et un maquillage neutre.

Mon conseil du jour: attention à la coupe de votre robe: elle doit toujours, toujours, toujours flatter votre morphologie. 
 
I’m wearing / Ce que je porte
Robe / Dress:  Msgm 
Veste/ Jacket: Barbara Bui
Chaussures / Shoes: Louis Vuitton
Sac / Bag: Chanel
Photos: Sasha K