Archives du mot-clé Mymou de Moha

Restons intentionnels…

J’ai pris ces photos il a quelques jours avec pour but de vous parler des coiffures sophistiquées que l’on peut faire avec des cheveux afro. Et puis il y a eu hier, ou du moins la tuerie folle de Las Vegas il y a deux jours. J’ai essayé autant que possible de ne pas regarder la moindre image de cet événement insensé en évitant soigneusement les chaines d’infos mais il a fallu que mon fil d’actualité Facebook laisse se déclencher une video dont quelques secondes ont suffi pour m’ébranler hier. Et là, j’ai pleuré, j’ai pleuré longtemps dans le silence de mon chez moi parce que mon esprit ne comprenait plus ce monde dans lequel nous vivons.

J’ai pleuré devant toutes les souffrances qu’il nous est donné de regarder avec banalité aujourd’hui : ces villes inondées récemment, les pays en guerre depuis toujours, les réfugiés par millions, les attaques terroristes à travers le monde, les deux jeunes filles égorgées à Marseille, les morts dans mon pays il y a un an, les personnes récemment décédées dans ma famille, mon propre lot de galères…

J’ai pleuré car j’essayais de garder la tête hors de l’eau depuis le matin parce qu’une série de mauvaises nouvelles me tombait dessus mais j’ai fini par craquer. Et alors que j’allais commencer à m’apitoyer sur mon sort, j’ai fait ce que je fais toujours : j’ai prié. J’ai dit à Dieu ce que je sais : que je traverse une zone de turbulence et qu’au dessus il ne peut y avoir que le soleil. Je lui ai dit que je m’en remettais à sa volonté et qu’elle soit faite. Je lui dit aussi souvent que je sais qu’il nous a dit : « aide-toi, le ciel t’aidera« , « déchargez-vous sur lui de tous vos soucis car lui-même prend soin de vous » et « après que vous aurez souffert un peu de temps, il vous perfectionnera lui-même, vous fortifiera et vous rendra inébranlables« . C ‘est pourquoi, passé la décharge émotionnelle, je me suis ressaisie comme toujours évitant de ne surtout, surtout pas me complaire dans le plaisir des larmes car je me dis qu’il y a des personnes qui ont plus de raisons de pleurer que moi. Ceux qui viennent de perdre un parent ou un enfant, ceux qui souffrent d’une maladie inguérissable, ceux qui sont réfugiés, ceux qui sont blessés, ceux qui n’ont pas de toit au dessus de leur tête, ceux qui ont faim…

Alors, je me suis levée et comme toujours, j’ai essuyé mes larmes, vaqué à mes occupations, passé quelques coups de fil, envoyé des emails pour commencer à solutionner une partie de mes soucis. Puis j’ai emmené ma fille faire les courses de la semaine même si l’envie n’y était pas (il faut bien qu’on mange). Et au rayon produits ménagers, une femme s’est avancée vers moi pour me demander si je ne suis pas Scheena Donia. J’avais une sale tête, les yeux bouffis et la mine fatiguée mais je lui ai dit que c’était bien moi (je n’allais pas mentir). Elle m’a dit qu’elle me suivait sur Instagram, qu’elle aimait beaucoup ce que je faisais. Je me suis sentie si vide à cet instant, incapable de trouver quelque chose de Scheena-esque à lui répondre. Je crois que j’ai dit merci et nous nous sommes dit aurevoir. Quelques minutes après, j’ai reçu un texto d’une amie qui tenait à me dire sa soeur lui a dit à mon sujet que lorsque l’on « se sent déprimé, découragé, tu es vraiment la personne à voir. Tu l’as vraiment reboostée« . Et là, je me suis souvenue du plus important : l’amour. L’amour des gens qui m’anime en permanence ici. Quoi que nous traversions, restons intentionnel dans l’impact de nos paroles et actions sur les autres. On ne peut pas décemment se lever pour faire du mal à autrui. Tout le monde en a déjà gros sur le coeur, plus, moins que nous mais tout le monde souffre de quelque chose. Puissions-nous vivre avec l’intention de ne pas faire de mal en plus aux autres à défaut de leur faire un peu de bien, de leur donner de l’attention, de l’amour, du temps, un sourire, un peu, beaucoup.

Quoi que j’ai sur le coeur, je tâche de garder cette intention en tête avec chacun de vous ici. Je ne sais pas ce que vous traversez mais je prie pour chacun de nous. Je prie pour ceux qui nous font du mal car personne ne souffre autant que les personnes qui ressentent le besoin de blesser les autres. Je prie pour qu’ils trouvent la paix de l’âme et pour que nous arrivions à leur pardonner comme nous espérons que l’on nous pardonne nos offenses. Par dessus tout, je n’ai qu’une intention sur ce blog : que mes paroles arrivent toujours à point nommé pour vous redonner le sourire, l’espoir, l’envie, la force, l’amour de vous-mêmes et des autres.

Much love. SD.

Robe/Dress : Adrianna Papell

Coiffure/Hair : Mymou de Moha

Photos : Andreus Fox