Archives du mot-clé Monoprix

Ce que j’ai appris de mon voyage au Maroc

Aller au Maroc récemment avec une quinzaine de bloggers/blogueuses de plusieurs pays d’Afrique a été une incroyable expérience humaine et l’occasion de me reposer comme je ne l’avais pas fait depuis un moment. Ce pays que je connaissais mal m’a rappelé à quel point l’Afrique est riche de cultures tellement diverses d’un bout à l’autre du continent. A nous de les découvrir ou re-découvrir au cours de voyages qui sont aussi des occasions d’en savoir plus nous. Pendant mon séjour à El Jadida et à Marrakech, j’ai pris la peine d’observer les gens autour de moi et surtout de poser un regard différent sur moi-même pour réaliser ceci :

Je suis prête à voir plus grand et à aller plus loin.

A chaque fois que j’ai été sollicitée pour un nouveau projet pour le blog, j’ai souvent eu la même réaction : pourquoi moi ? Ben parce que, Scheena !! Juste parce que les gens aiment bien ce que tu inspires et te veulent ! Je me suis promis de ne plus me demander si j’étais légitime, assez bien, sans fausse modestie. La grandeur et la beauté de ce projet au Maroc ont fini de me convaincre que je suis prête pour autre chose que mes photos en famille dans Paris et que je suis tout à fait à la hauteur pour cela. Plus j’en serai convaincue, plus j’agirai comme telle, et plus j’attirerai vers moi des projets et des personnes qui y croient également. Pour le plus grand bonheur de vous mes lecteurs et de ceux qui en verront le résultat final en photo ici et sur les réseau sociaux. Vous aussi, êtes prêts pour voir plus grand et aller plus loin. J’y crois.

– J’aime les femmes.

Pas dans le sens chérie-chérie, mais vraiment, j’aime la compagnie d’autres femmes comme moi. J’aime leurs succès, leur ambition, leurs expériences, leur diversité d’opinions, d’origines etc. J’aime autant les découvrir que partager à mon tour qui je suis, d’où je viens et où j’espère aller pour la suite pour ne pas me sentir seule et avoir ce sentiment d’appartenance à un ensemble, un mouvement plus grand encore. De l’aéroport d’Orly à Casablanca, de Casa à El Jadida, d’El Jadida à Marrakech, de Marrakech à Casablanca, tous nos trajets en avion ou bus ont été de formidables moments de partage avec Nelly, Diane, Justine, Léa, Adama, Kweena, Diana, Amie et mêmes les garçons Almamy et Cyriak pour ne citer que ceux-là. Pendant de longues heures parfois, nous n’avons jamais hésité à nous parler librement et je pouvais voir dans les yeux et entendre dans les mots de chacun que nous étions en paix. Et en bonne compagnie.

– Je n’aime pas être heureuse sans ceux que j’aime.

Ca, je le savais déjà mais ce voyage me l’a rappelé encore plus. A chaque fois que je voyais ou vivais quelque chose d’incroyable, mes premières pensées allaient vers mes enfants, ma famille et mes amis. Je ne pouvais m’empêcher de me dire la même chose : « j’aurais voulu qu’ils soient là. » C’est cela aimer : vouloir pour les autres ce que l’on a. Avoir toujours à coeur de donner plus que de recevoir. Je me suis donc promis de retourner au Maroc un jour avec mes enfants, avec mes meilleures amies et en amoureux. Ca fait au moins trois voyages !

– Je dois absolument me construire une maison avec une aile orientale et surtout une porte d’entrée marocaine.

Je ne vais pas épiloguer ici sur la beauté de l’art marocain. Je vais juste vivre moitié à Paris, moitié sur Pinterest à chercher l’inspiration et un jour dans 5, 10 ou 15 ans, quand je vous posterai les photos du chantier de ma future maison au Gabon, rappelez-moi de ne pas oublier de vous montrer ma porte. Et mon patio carrelé. À la marocaine !

– Je devrais voyager plus souvent.

Nous devrions tous voyager plus souvent.

Seule ou en famille, je me fais la promesse de partir voir le monde plus souvent.

Plus la culture sera différente de la mienne, plus j’enrichirai la mienne.

Plus mes repères seront différents, plus que je gagnerai à aller vers les autres.

Plus la langue sera différente de la mienne, plus je m’efforcerai à la parler et ma pauvre Paloma finira certainement en chantant une chanson en Ouzbek un jour.

Une chose est certaine, plus je voyagerai à travers les continents, plus je réaliserai la petitesse de ma personne et la grandeur et la beauté du monde qui m’entoure. Humilité garantie au bout du chemin.

Merci à l’Office National Marocain du Tourisme, à Royal Air Maroc et Adama Paris pour ce magnifique voyage à la rencontre de la terre des lions de l’Atlas et de Zouina, l’autre Scheena.

Combien de prénoms vais-je avoir au bout de 10 pays ? Sic !

Oh une dernière chose ! Au Maroc, les chats posent comme des bloggers. Partout, tout le temps et avec une classe folle !

Photos : Musesuniform

Merveilleux Mazagan Beach Resort…

Ne vous fiez pas à mes poses lascives : Maman est en repérage pour le mariage de ma Paloma dans deux décennies. En arrivant au Mazagan Beach Resort, un hôtel-palace-chateau situé à quelques minutes de Casablanca, je me suis dit : mais oui, cet endroit serait parfait pour un mariage. Mais pas n’importe lequel : celui de ma princesse.

Imaginez-vous les jardins du film « Un Prince à New York », le luxe de l’hôtel dans lequel Carrie, Samathan, Charlotte et Miranda se noient dans « Sex in the City 2 » le film, vous y êtes. Le Mazagan est tout simplement somptueux dans tous les sens du terme !

C’est véritablement l’endroit parfait pour se couper du monde, méditer, écrire un livre dans le silence de l’une de ses 5000 chambres mais si vous n’aimez pas la solitude, le Mazagan est aussi idéal pour un  girls trip à quelques heures de Paris. Entre le spa, la piscine, le hammam, les activités équestres, le ballades en Quad, le golf, les trois restaurants et boites de nuits à l’intérieur de l’hôtel, vous aurez de quoi emmagasiner de merveilleux souvenirs entre filles pendant quelques jours.

Maintenant que nous avons l’hôtel et la mariée, il nous reste les prochaines années pour trouver la robe qui va avec, le wedding planner et surtout le marié. On va prendre notre temps…

Let go and let God.

6La meilleure chose à faire, lorsque vous êtes submergé, sera toujours de régler vos problèmes un à la fois parce qu’à chaque jour suffit sa peine. Avec le temps, j’ai appris qu’il ne servait à rien de se triturer les méninges et gâcher la santé en voulant être sur tous les fronts (et pourtant je suis une personne très, très impatiente). Entre le boulot, les enfants, les fêtes qui arrivent et le lot de parents qui vont faire escale pour le 24/25 ou le 31, les repas de fêtes à préparer d’avance, les cadeaux à acheter, une baby-shower à venir sans oublier le mariage d’une amie, j’ai choisi de gérer ça comme une pro. Comment ? Avec une « to do list » que je mets à jour tous les matins. C’est une liste dans laquelle j’inscris tout ce que je dois/veux faire dans la journée et au fur et à mesure, je raye les tâches effectuées. Ainsi, je priorise et m’organise en fonction de mon emploi du temps, de l’urgence ou de l’importance des choses à faire. Autre méthode : je délègue à mon entourage parce que je n’ai que des journées de 24 heures et c’est fatiguant de vouloir tout faire soi même. Il y a des choses que même les enfants peuvent faire à votre place et ce avec brio ! Et quand vous n’y arrivez vraiment plus, comme le disent les anglo-saxons croyants, il faut « let go and let God ». D’une façon ou d’une autre, Dieu, la vie, le temps, la chance (appelez-ça comme voudrez) vous aidera à en venir à bout.

Mon conseil du jourTout vient à point à celui qui sait attendre mais aussi à celui qui fait preuve de méthode et de stratégie. Allez, je vous quitte pour aller acheter ma déco de table pour le réveillon dans la jolie vitrine derrière moi. Blogger et shopper au même endroit, voici ce que j’appelle faire d’une pierre deux coups.

281011Manteau : Zara –  Col roulé : Monoprix – Pantalon: & Others Stories – Gilet :  Celio – Chaussures : Valentino  

Photos: Sasha K

Coach en image, certifiée d’Etat en France et membre du Réseau International des Conseillers et Collaborateurs d’Image (RICCI), Scheena Donia apprend aux femmes et aux hommes à être beaux et élégants en toutes circonstances. Elle enseigne à ses clients la maîtrise des styles vestimentaires correspondant à leurs professions et personnalités pour maximiser l’impact de leur image personnelle au quotidien.

Amoureuse de mon afro

9A quoi reconnaît-on une fille amoureuse ? Elle a les yeux qui brillent, le teint éclatant, la tête toujours penchée sur le côté, la main dans les cheveux et ce sourire béat qui ne quitte jamais ses lèvres. Suis-je amoureuse? Oui, je l’avoue ! Je suis hyper méga amoureuse de mon afro, aller retour jusqu’à la lune, surtout depuis que j’ai quitté la phase ingrate des cheveux pas encore assez longs pour être attachés et trop courts pour ressembler à une belle crinière. Je dois aussi avouer qu’il y a eu des matins où j’ai détesté mon afro au reveil, eu envie de pleurer en me demandant ce qui m’avait pris de me couper les cheveux tout en repensant à mes superbes brushings (dans ces moments là, je me prenais pour Zoe Saldana, rien de moins!).

Avec le temps, j’ai comparé mon expérience avec mon afro aux mariages à l’époque de nos grand-parents. Au départ, on se demande qui est cette personne qu’on nous a imposé comme mari et comment on va bien pouvoir passer le reste de notre vie avec. Et un jour, comme le dit l’expression « el amor vendra despues », l’amour finit par occuper le terrain. J’aime enfin mon afro au point que j’arrive à me rendre à des rendez-vous professionnels sans avoir besoin de m’attacher les cheveux. Nos débuts ensemble furent difficiles mais pour rien au monde je  ne te quitterai afro chérie !

11156571Veste/Jacket : Barbara Bui –  Col roulé/Turtleneck : Monoprix – Robe gilet/ Dress : Claudie Pierlot – Sac/Bag : Céline –       Collier/Necklace :  Topshop – Chaussures/Shoes : Christian Louboutin 

Photos: Sasha K

Coach en image, certifiée d’Etat en France et membre du Réseau International des Conseillers et Collaborateurs d’Image (RICCI), Scheena Donia apprend aux femmes et aux hommes à être beaux et élégants en toutes circonstances. Elle enseigne à ses clients la maîtrise des styles vestimentaires correspondant à leurs professions et personnalités pour maximiser l’impact de leur image personnelle au quotidien.