Archives du mot-clé Mango

Pour une saison et une raison…

Certaines personnes ne sont dans notre vie que pour une saison parfois deux ou trois. Comme les feuilles qui bourgeonnent au printemps, brillent de tout leur vert en été et finissent par faner et tomber en automne pour finalement disparaitre en hiver, elles ne sont là que pour un temps limité. Lorsque l’on a compris cela, on accepte plus aisément la nécessité de les laisser partir et de ne pas forcer les choses. Très souvent, il suffit d’un coup de vent, d’une période de tourmente pour qu’elles se détachent de nous et s’en aillent. Avec le vent. Eh ben, bon vent !

Et puis il y a les personnes qui sont comme des branches. Apparement plus solides que des feuilles mais avec le temps, elle prennent trop de place dans notre vie et commencent à nous peser et nous faire porter le poids de ce qu’elles sont : des branches. Inéluctablement, la nature et, encore une fois, le temps feront leur travail : la branche finira pas ployer puis se casser et nous libérer d’un immense poids. Ces personnes sont ce que l’on appelle souvent des personnes toxiques ou des gens pour qui nous faisons tellement sans qu’elles ne ressentent la nécessité de nous soulager en retour. Des boulets quoi ! Lorsque ces branches tombent, n’essayez pas de les recoller à votre tronc, c’est impossible. C’est le cycle de la vie. Acceptez que le lien soit rompu et continuez de grandir seul(e).

Enfin, il y a les racines. Ces personnes qui sont la colonne vertébrale qui vous tient debout qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige. Ils sont le rappel de qui vous êtes, d’où vous venez et où vous allez. Les racines de tout arbre le définissent mieux que toute autre chose. Elles le maintiennent fermement ancré au sol. Et quand bien même un ouragan vous frappera, ce sont vos racines qui vous éviteront de vous décrocher en vous retenant solidement. Quand la sécheresse sévira, ce sont ces mêmes racines qui iront chercher les dernières ressources tout au fond de la terre pour ne pas que vous mourriez. Sacré racines… Elles n’ont pas besoin de se faire voir et pourtant elles font le job mieux que personne. Pensez à les nourrir parce que sans cet échange, ce don de l’un à l’autre, vous allez tomber et vous fracasser dans la vie sans le moindre doute.

Vos feuilles, branches et racines peuvent être vos parents, vos amis des bons et mauvais jours,  votre compagnon ou compagne, vos enfants, vos frères et soeurs, votre mentor, un collègue, un rôle model… Arrive un temps dans la vie où nous devons apprendre à faire le tri et savoir qui est qui et qui est quoi dans notre vie pour mieux savoir laisser partir ceux qui étaient là pour une saison et une raison et garder auprès de nous ceux qui sont censés être là pour toujours.

N’attendez pas toujours que les feuilles et les branches tombent d’elles-mêmes. Il suffit parfois d’un bon coup de sécateur. Pour cela il faut accepter, voire créer,  la saison et assimiler la leçon : ces personnes étaient là pour nous apprendre quelque chose sur nous, sur elles, sur la vie. Elles sont ce qu’elles sont et nous ne pouvons pas planter des feuilles ni une branche en espérant qu’elles donnent un arbre. Une feuille restera toujours une feuille, idem pour une branche. L’accepter c’est pardonner aux feuilles et branches de notre vie de ne pas avoir été des racines. Et lorsque cette leçon est bien apprise, on peut avancer plus sereinement en évitant de commettre les mêmes erreurs : laisser n’importe qui entrer et peser dans notre vie ou pire encore, essayer de changer une feuille en racine. Les gens sont comme ils sont malheureusement et ils ne changent que s’ils l’ont décidé eux-mêmes, pas parce que nous avons crié, hurlé, insisté…

Cette analogie de l’arbre au gré des saisons n’est pas de moi mais de Tyler Perry. J’essaie tant bien que mal de me l’appliquer depuis quelques années et j’espère que vous y arriverez également. Lentement mais sûrement, l’arbre grandit…

Je vous souhaite un bon week-end mes beautés !

 

Perfecto : Celine

Robe : Asos

Escarpins : Mango 

Coiffure : Beautiful Hair Paris

Profiter de la vie…

Hey la life, comment tu vas ? Bien j’espère ! Qu’est ce que tu as en réserve pour moi ? De belles choses j’espère ! Mais que dis-je ? Je n’espère pas, je le sais et j’ai hâte de voir tout ça.

En attendant, merci pour tout : ce que tu m’a donné, ce que tu m’a repris, ce que tu t’apprêtes encore à me donner, à me reprendre (parce que ce n’était pas à moi certainement) et à m’apprendre comme leçons.

Quelle belle aventure quand même cette vie et j’ai bien l’intention de profiter du voyage avant d’arriver à destination. Profiter de la vie pour faire et être tant de choses à la fois.

Tailleur : Mango

Tee-shirt : Afrikanista

Collier : Agatha Paris

Sac / Bag : L’Artisane 

Escarpins / Shoes : Louis Vuitton 

Photos :  Musesuniform

Ce que j’ai appris de mon voyage au Maroc

Aller au Maroc récemment avec une quinzaine de bloggers/blogueuses de plusieurs pays d’Afrique a été une incroyable expérience humaine et l’occasion de me reposer comme je ne l’avais pas fait depuis un moment. Ce pays que je connaissais mal m’a rappelé à quel point l’Afrique est riche de cultures tellement diverses d’un bout à l’autre du continent. A nous de les découvrir ou re-découvrir au cours de voyages qui sont aussi des occasions d’en savoir plus nous. Pendant mon séjour à El Jadida et à Marrakech, j’ai pris la peine d’observer les gens autour de moi et surtout de poser un regard différent sur moi-même pour réaliser ceci :

Je suis prête à voir plus grand et à aller plus loin.

A chaque fois que j’ai été sollicitée pour un nouveau projet pour le blog, j’ai souvent eu la même réaction : pourquoi moi ? Ben parce que, Scheena !! Juste parce que les gens aiment bien ce que tu inspires et te veulent ! Je me suis promis de ne plus me demander si j’étais légitime, assez bien, sans fausse modestie. La grandeur et la beauté de ce projet au Maroc ont fini de me convaincre que je suis prête pour autre chose que mes photos en famille dans Paris et que je suis tout à fait à la hauteur pour cela. Plus j’en serai convaincue, plus j’agirai comme telle, et plus j’attirerai vers moi des projets et des personnes qui y croient également. Pour le plus grand bonheur de vous mes lecteurs et de ceux qui en verront le résultat final en photo ici et sur les réseau sociaux. Vous aussi, êtes prêts pour voir plus grand et aller plus loin. J’y crois.

– J’aime les femmes.

Pas dans le sens chérie-chérie, mais vraiment, j’aime la compagnie d’autres femmes comme moi. J’aime leurs succès, leur ambition, leurs expériences, leur diversité d’opinions, d’origines etc. J’aime autant les découvrir que partager à mon tour qui je suis, d’où je viens et où j’espère aller pour la suite pour ne pas me sentir seule et avoir ce sentiment d’appartenance à un ensemble, un mouvement plus grand encore. De l’aéroport d’Orly à Casablanca, de Casa à El Jadida, d’El Jadida à Marrakech, de Marrakech à Casablanca, tous nos trajets en avion ou bus ont été de formidables moments de partage avec Nelly, Diane, Justine, Léa, Adama, Kweena, Diana, Amie et mêmes les garçons Almamy et Cyriak pour ne citer que ceux-là. Pendant de longues heures parfois, nous n’avons jamais hésité à nous parler librement et je pouvais voir dans les yeux et entendre dans les mots de chacun que nous étions en paix. Et en bonne compagnie.

– Je n’aime pas être heureuse sans ceux que j’aime.

Ca, je le savais déjà mais ce voyage me l’a rappelé encore plus. A chaque fois que je voyais ou vivais quelque chose d’incroyable, mes premières pensées allaient vers mes enfants, ma famille et mes amis. Je ne pouvais m’empêcher de me dire la même chose : « j’aurais voulu qu’ils soient là. » C’est cela aimer : vouloir pour les autres ce que l’on a. Avoir toujours à coeur de donner plus que de recevoir. Je me suis donc promis de retourner au Maroc un jour avec mes enfants, avec mes meilleures amies et en amoureux. Ca fait au moins trois voyages !

– Je dois absolument me construire une maison avec une aile orientale et surtout une porte d’entrée marocaine.

Je ne vais pas épiloguer ici sur la beauté de l’art marocain. Je vais juste vivre moitié à Paris, moitié sur Pinterest à chercher l’inspiration et un jour dans 5, 10 ou 15 ans, quand je vous posterai les photos du chantier de ma future maison au Gabon, rappelez-moi de ne pas oublier de vous montrer ma porte. Et mon patio carrelé. À la marocaine !

– Je devrais voyager plus souvent.

Nous devrions tous voyager plus souvent.

Seule ou en famille, je me fais la promesse de partir voir le monde plus souvent.

Plus la culture sera différente de la mienne, plus j’enrichirai la mienne.

Plus mes repères seront différents, plus que je gagnerai à aller vers les autres.

Plus la langue sera différente de la mienne, plus je m’efforcerai à la parler et ma pauvre Paloma finira certainement en chantant une chanson en Ouzbek un jour.

Une chose est certaine, plus je voyagerai à travers les continents, plus je réaliserai la petitesse de ma personne et la grandeur et la beauté du monde qui m’entoure. Humilité garantie au bout du chemin.

Merci à l’Office National Marocain du Tourisme, à Royal Air Maroc et Adama Paris pour ce magnifique voyage à la rencontre de la terre des lions de l’Atlas et de Zouina, l’autre Scheena.

Combien de prénoms vais-je avoir au bout de 10 pays ? Sic !

Oh une dernière chose ! Au Maroc, les chats posent comme des bloggers. Partout, tout le temps et avec une classe folle !

Photos : Musesuniform

Chers parents…

Chers papas/mamans solos qui élevez vos enfants seuls : continuez, vous faites de l’excellent travail ! Vous êtes des supers-héros de la trempe de Wonderwoman et Spiderman, ni plus, ni moins. Ne laissez personne vous convaincre du contraire.

Chers papas/mamans qui élevez vos petits avec celui/celle avec qui vous l’avez conçu : continuez, vous faites du super travail également et leurs donnez la chance d’avoir non pas un, mais deux modèles à regarder et à prendre en exemple.

Chers beaux-papas/belles-mamans qui êtes des parents bonus pour un enfant qui n’est ni votre sang, ni votre chair : continuez ! Votre plus grande gratification viendra avec le temps; le jour où cet enfant regardera en arrière et réalisera la chance qu’il a eu de vous avoir comme parent en plus dans sa vie. C’est peut-être déjà le cas, ou pas, mais le temps récompense les parents de cœur de la plus belle manière.

Cher tontons/tatas, papis/mamies, parrains/marraines qui élevez ou participez à élever l’enfant de votre frère, soeur, enfant, ami(e) : merci pour tout ce que vous faites. Vous êtes aimés, appréciés et votre générosité, votre amour, votre dévouement, votre temps, votre attention, tout ce que vous donnez à cet enfant vous honore au plus haut point.

Il y a peu de choses aussi nobles que le fait d’élever un enfant, de subvenir à ses besoins, de le guider dans la vie, d’être son point de repère maintenant et pour toujours.

Il y a peu de sacrifices aussi grands que celui de faire passer la vie d’un petit être avant la sienne, ses envies avant les nôtres, parfois ses rêves avant ceux qui étaient les nôtres.

Être parent de sang comme de cœur efface toute forme d’égoïsme et nous aide à développer l’une des plus belles aptitudes humaines : la capacité de faire passer les autres avant nous sans oublier de nous apprendre à donner avec plaisir avant de penser à recevoir.

Je vous salue parents d’hier, d’aujourd’hui et demain !!!

Veste/Jacket : Mango

Denim :  Defshop

Chaussures/Shoes  : Christian Louboutin

Sac / Bag  : 123 Paris

Photos : Sebastien Faye

Prince de Galles en babouche !

Cet automne a signé le grand retour de l’imprimé Prince de Galles, un classique qui revient à la mode de manière cyclique comme tous les imprimés et les pièces classiques. Il suffit de faire un tour dans les magasins et magazines de mode pour ne voir que lui mais je vais vous éviter de vous déplacer car voici un lien ICI vers une très belle pièce que je vous recommande si vous n’en avez pas encore.

J’ai ressorti de mon placard ce tailleur acheté il y quatre ans déjà chez Mango et qui, justement, parce que c’est un classique, ne se démodera jamais. Il m’a accompagnée à tellement de rdv pros depuis le temps ! Voici la première bonne raison d’acheter des pièces classiques parce qu’elles sont indémodables et sont de très bons investissements avec le temps qui passe.

Pour ne pas avoir trop l’air trop guindée, j’ai voulu casser les codes en décontractant cet ensemble veste-pantalon Prince de Galles avec des babouches marocaines. J’entends déjà la couronne d’Angleterre hurler « shocking!!!!! » si d’aventure, après être tombé sur la tête, le Prince Charles, Prince de Galles de nom, le vrai de vrai, osait porter son plus beau costume dans cet imprimé avec des babouches ou des baskets. Quel grand moment de mode ce serait ! Ben si, tout est possible dès l’instant où j’ai déjà vu la Reine Elisabeth elle-même en turban jaune à pois. Si, si, demandez à Google…

Top : Vis Ta vie

Veste et Pantalon  : Mango

Chaussures/Shoes  : disponibles à Paris chez Nelly Wandji

Photos : Andreus Fox