Archives du mot-clé Levi’s

Moi Parisienne ?

Cinq ans après m’être installée à Paris, serais-je devenue une authentique parisienne ? Verifions !

Pour le look, je crois que c’est bon : j’ai adopté les codes : tenue mi débraillée, mi-pensée au millimètre près, baskets qui vont bien pour courir dans la ville parce que la parisienne court toujours après une foule de choses : le métro, le bus, les 7 minutes de retard qu’elle a sur tout ce qu’elle doit faire, son chien, ses enfants, son chéri, le chéri qu’elle n’a pas encore, l’amour, l’argent, ses copines… Elle court, elle court la parisienne dans ses sneakers un peu usées mais trendy. Cette case est checked. La case look est tellement checkée que je me permets de porter des chaussettes avec des chaussures compensées, tranquille. En revanche, vous ne m’attraperez jamais en train de faire ce genre de choses au Gabon. Minal. Jamais ! Quoi qu’il parait qu’il ne faut jamais dire jamais….

On continue de vérifier.

Je connais maintenant quelques bonnes adresses de restos pour bruncher le dimanche dans Paris, manger l’un des meilleurs Thaï de la ville, occuper les petits pendant quelques heures, redécouvrir la magie de cette ville dans les vieux quartiers. J’ai également une bonne cinquantaine de numéros de téléphone de personnes vivant à Paris alors qu’à mon arrivée, mon répertoire se limitait aux 06 de mon ami Alino et d’un ami journaliste qui est également l’un des mes mentors professionnels. Madame connait du monde maintenant !

En dehors de ces quelques aspects, je ne bois toujours pas de café en terrasse. Je le préfère à la maison avec du lait concentré sucré et je sais que je ne trouverai aucun serveur à Paris capable de me poser un tel café sur ma table.

Je ne parle toujours pas non plus comme Olivier Fogiel qui est pour moi l’accent parisien incarné : « ouais heuunnn !! » Il suffit de quelques minutes de conversation pour que ma « gabonitude » s’entende dès que ma voix et mon récit font des envolées. #ProudAfrican ! Sauf quand je suis dans une administration. Pardon, c’est pas le lieu pour laisser sortir mon accent Bantu. On s’intègre, on se fond dans la masse et pour ça, plus Fogiel que moi, y a pas dans ces moments-là !

Je ne raffole toujours pas de baguette (vraiment je n’aime pas le pain plus que ça), ni de charcuterie, ni de fromage (une fois en passant) mais je ne boude pas un bon verre de rouge, en terrasse ou à la maison avec des amis.

Faisons le bilan : oui je suis parisienne. Pas parce que je rentre dans un moule mais parce que j’aime cette ville aujourd’hui au point que parfois lorsque je marche dans la rue, je lui murmure qu’elle est belle. Je ressens de moins en moins le mal du pays et le sentiment d’être une librevilloise car il se passe tellement de choses là-bas dont je me sens exclue et étrangère. Paris est devenue mon chez moi, ma maison, mon village en attendant que je la quitte un jour. Ou pas.

Je t’aime Panam. Merci de m’avoir ouvert tes bras.

Manteau/Coat : 123 Paris

Sweat  : Aloha From Dear 

Denim :  Levi’s 501

Chaussures/Shoes  : Vince Camuto

Chaussettes / Socks  : Topshop

Photos : La fille du 12eme Photography

Qu’est ce qu’une maman cool ?

 

Qu’est ce qui fait qu’une maman est cool ? Pour mes enfants, c’est le fait de leur laisser mon téléphone pour jouer à Movie Star Planet (pour les deux petits) ou ma carte bleue (pour les deux grands).  Il faut voir les compliments pleuvoir dans l’un ou l’autre de ces cas :

« Tu es la plus gentille de toutes les mamans du monde entier !!!! » => Paloma

« Ecoute M’man, quand je serai grand je t’offrirai un sac Hermès, un Hummer, un million de dollars« . => Andréa.

Mwais, c’est ça…

La coolitude d’une maman (ou d’un papa) serait liée au fait de faire plaisir à ses enfants mais elle pourrait aussi être liée à la capacité d’être « jeuns » dans la tête en faisant des choses qu’à priori les parents ne font pas : écouter de la musique de jeunes, faire du skate, connaître les dernières expressions à la mode et que sais-je encore et ce, devant les amis de nos enfants. Moi j’écoute de la musique des années 80 et 90 en boucle, je ne m’hasarderais jamais sur un objet roulant de type skate et je saupoudre plutôt mon language d’expressions africaines de nos mamans, la plus courante étant : « Je dis hein?!???« . Croyez-moi, si votre Maman gabonaise vous la sort, cela n’augure rien de cool.

Est-ce que pour autant cela veut dire que je ne suis pas cool ? Je ne crois pas. Bien que je ne sois pas sûre de savoir ce qui fait d’une maman un maman cool, je vais quand même miser sur une chose : le fait d’être un parent heureux. Oui, je vais miser sur cela.

Une maman/un papa qui est sincèrement heureux de la vie, de sa « condition » de mère/père, qui rit avec ses enfants, d’elle/de lui-même et d’eux pour de petites et grandes choses me semble décrocher la palme de la coolitude. Au passage, il apprend à son enfant à être heureux no matter what.

C’est cela une maman ou un papa cool pour moi : un parent qui sait être heureux devant ses enfants qui inévitablement le seront en retour. Pourquoi ? Parce qu’il y a ce lien unique entre enfants et parents qui font que lorsque nos enfants sont heureux, nous le sommes. Et  lorsque nous sommes heureux, et donc cool, ils le sont également en retour.

J’ai quand même pris la peine de demander à mes trois derniers et à ma nièce en vacances à la maison ce qu’est une Maman cool à leurs yeux. Le sondage a donc donné :

Paloma : « Une maman qui m’achète un chihuahua ».

Nathan : « La maman de Blackish » (la série TV avec Tracee Elis Ross).

Andréa : « Une maman à l’écoute de ses enfants ».

Emma : « Une maman  avec qui on peut discuter de tout ».

Maintenant que nous savons ce qui fait un parent cool, on applique :  écoute et communication.

Bomber : Selly Raby Kane 

Denim : Levi’s 501

Shoes/Escarpins : Gucci

Photos : Andreus Fox

King of sorrow in Esmée

En rédigeant ce billet, j’écoutais en boucle « King of sorrow » de la chanteuse Sade, une chanson triste mais pleine d’espoir à mes yeux. La sublime vidéo m’a toujours fait penser à ma maternité, à la manière dont j’ai appris à me débrouiller avec mes enfants, courant de partout pour terminer mes journées, surtout lorsque mes aînés étaient plus petits. Etre mère, fatiguée en permanence, manquer de sommeil, être envahie par des tas de pensées, n’avoir que le temps de manger un yaourt mais ne jamais jamais perdre de vue cette certitude : le monde n’a pas besoin de s’apitoyer sur notre sort et nous encore moins. Alors on fait ce qu’il y a à faire, une tâche après l’autre.

Dans les moments où je m’emmêle le plus les pinceaux, je pense à ma mère qui est là haut et je me dis qu’elle rit en se moquant de moi au point que je peux l’entendre dire : « Ha ha, maintenant que je ne suis plus là, tu vas encore appeler qui à la rescousse ? Allez, fais-moi ça comme je t’ai appris ! ».

Et lorsque j’ai finalement géré la situation (100% des cas), je sais qu’elle me murmure : « Ca c’est ma fille ! Je savais que tu arriverais. Tu y arrives toujours… »

Alors le sourire me revient inévitablement et malgré les brins de tristesse qui peuvent toujours nous habiter pour telle ou telle raison, je me souviens que chaque jour vaut la peine d’être vécu pleinement, chaque jour, même ceux qui nous semblent lourds à porter comme le monde sur nos épaules.

Big up à toutes les mamans (et les papas) de sang et de coeur qui sont des King of sorrow mais qui gardent la classe de Sade, avec un Kimono Esmee c’est encore plus facile.

Bon début de semaine à tous.

Kimono : Esmee (Commandez votre Kimono ici /Order here : 07 50 33 25 40)

Denim : Levi’s 501

Shoes/Escarpins : Louis Vuitton

Photos : Andreus Fox

African beauty

Je pourrais vous parler des femmes Bantu, peuple qui occupe l’est, le centre et le sud du contient Africain et dont je fais partie mais je ne le ferai pas. Je me contenterais de leurs rendre hommage avec cette coiffure inspirée de mes aïeules. Cette coiffure est appelée « Nka », « Akassi » ou tresses au fil dans mon pays. D’après mes tantes, mes cheveux ne s’y prêtaient pas, j’avais donc droit aux nattes à la place. Mon amie Carlyle en vacances chez moi depuis quelques jours leurs prouve ici le contraire. Le Nka me va bien. Très bien même. Je suis une Bantou ou pas ?

Je pourrais vous parler des femmes Peuls, un peuple connu pour ses ancêtres nomades implantés aujourd’hui dans différents pays d’Afrique tels que le Mali, le Niger, la Guinée, le Cameroun etc. On dit que les femmes Peuls sont parmi les plus belles au monde et ce n’est pas faux. La beauté fait partie intégrante de la culture de ces soeurs qui ont la particularité et se tatouer les lèvres au henné. Mes lèvres noires aujourd’hui sont mon hommage à ces beautés d’Afrique. 

Je pourrais vous parler des femmes Hereros de Namibie qui portent depuis le XIXe siècle, des costumes de l’époque victorienne en signe de défiance envers les colons allemands qui  ont  exterminé 80% de leur population entre 1904 et 1907 quand les Hereros se révoltèrent. Pendant ces années de révolte, certains Hereros volaient les uniformes des soldats allemands qu’ils avaient tué pensant ainsi récupérer leur force. Aujourd’hui encore, les Hereros confectionnent et portent encore des robes et costumes d’époque pour perpétuer cette tradition.

Je pourrais parler de long en large de tant de cultures africaines et de toutes les raisons pour lesquelles nous devrions y trouver une source d’inspiration en  matière de mode, de beauté et de coiffure. Je vous invite à arrêter de voir la beauté uniquement chez les autres et pas chez soi. Soyons fiers de nos origines, arrêtons de penser que seuls les modes, coiffures, rituels beauté venus d’ailleurs ont droit de cité. Les nôtres valent leur pesant d’or  et c’est la raison pour laquelle je n’aurai de cesse de promouvoir ici les personnes qui rendent hommage à l’Afrique encore trop peu valorisée. Parmi ces personnes, il y a le créateur Imane Ayissi du Cameroun dont la dernière collection était justement inspirée par les femmes Hereros. Je vous invite à offrir ou vous faire offrir une pièce de cette collection disponible sur LAGO 54. Pourquoi ? Parce qu’apprécier la mode africaine c’est aussi faire vivre son industrie et en porter les créations au quotidien et pas uniquement pour des occasions spéciales.

Bon début de semaine mes beautés. Lentement mais surement, soutenons le Made in Africa.

Veste/Jacket : Imane Ayissi disponible sur LAGO 54

Chaussures/Shoes  : Christian Louboutin

Denim : Levis 501

Boucles d’oreilles/Earrings : Tissame

Photos : Andreus Fox

Tissage de Pocahontas à Paris

14

Il y a des jours comme ça où on a envie de ressembler à Pocahontas et dans ce cas, on va voir sa coiffeuse préférée pour qu’elle nous pose un tissage. Si vous êtes familiers de ce blog, vous savez que pour cette coiffure, je ne jure que par Princesse du salon « En Privé » au 7 rue Carnot dans le 17ème à Paris.  Continue reading >