Archives du mot-clé Imane Ayissi

Sexy mama wearing Imane Ayissi

En shootant ce look, j’ai réalisé que c’était la première fois depuis looooongtemps que je portais une mini robe. Comment est-ce possible ? Moi qui ne jurais que par des looks jambes à l’air, dos nus et autres pantalons tailles basses, aurais-je vieilli dans ma tête ? Possible. Mes réflexes vestimentaires ont changé et aujourd’hui je porte plus de Jeans/chemises, Jeans/tee-shirt/veste et quelques robes mi-longues à longues. Ah Mama Scheena, que s’est-il passé ?!

Peut-être que je n’aime plus montrer certaines parties de mon corps comme avant. Quoi qu’il en soit, je continuerai de dire oui à une belle mini-robe de temps à autre, surtout quand c’est un kaba ngondo savamment revisité comme celui que je porte. Et si vous n’avez pas deviné que c’est une robe de Imane Ayissi, alors vous êtes nouveau/nouvelle sur ce blog.

Bon week-end les chéris !

Robe/Dress : Imane Ayissi disponible sur LAGO 54

Chaussures/Shoes  : Sophia Webster

Collier: Agatha

Photos : Yann Megnane 

African beauty

Je pourrais vous parler des femmes Bantu, peuple qui occupe l’est, le centre et le sud du contient Africain et dont je fais partie mais je ne le ferai pas. Je me contenterais de leurs rendre hommage avec cette coiffure inspirée de mes aïeules. Cette coiffure est appelée « Nka », « Akassi » ou tresses au fil dans mon pays. D’après mes tantes, mes cheveux ne s’y prêtaient pas, j’avais donc droit aux nattes à la place. Mon amie Carlyle en vacances chez moi depuis quelques jours leurs prouve ici le contraire. Le Nka me va bien. Très bien même. Je suis une Bantou ou pas ?

Je pourrais vous parler des femmes Peuls, un peuple connu pour ses ancêtres nomades implantés aujourd’hui dans différents pays d’Afrique tels que le Mali, le Niger, la Guinée, le Cameroun etc. On dit que les femmes Peuls sont parmi les plus belles au monde et ce n’est pas faux. La beauté fait partie intégrante de la culture de ces soeurs qui ont la particularité et se tatouer les lèvres au henné. Mes lèvres noires aujourd’hui sont mon hommage à ces beautés d’Afrique. 

Je pourrais vous parler des femmes Hereros de Namibie qui portent depuis le XIXe siècle, des costumes de l’époque victorienne en signe de défiance envers les colons allemands qui  ont  exterminé 80% de leur population entre 1904 et 1907 quand les Hereros se révoltèrent. Pendant ces années de révolte, certains Hereros volaient les uniformes des soldats allemands qu’ils avaient tué pensant ainsi récupérer leur force. Aujourd’hui encore, les Hereros confectionnent et portent encore des robes et costumes d’époque pour perpétuer cette tradition.

Je pourrais parler de long en large de tant de cultures africaines et de toutes les raisons pour lesquelles nous devrions y trouver une source d’inspiration en  matière de mode, de beauté et de coiffure. Je vous invite à arrêter de voir la beauté uniquement chez les autres et pas chez soi. Soyons fiers de nos origines, arrêtons de penser que seuls les modes, coiffures, rituels beauté venus d’ailleurs ont droit de cité. Les nôtres valent leur pesant d’or  et c’est la raison pour laquelle je n’aurai de cesse de promouvoir ici les personnes qui rendent hommage à l’Afrique encore trop peu valorisée. Parmi ces personnes, il y a le créateur Imane Ayissi du Cameroun dont la dernière collection était justement inspirée par les femmes Hereros. Je vous invite à offrir ou vous faire offrir une pièce de cette collection disponible sur LAGO 54. Pourquoi ? Parce qu’apprécier la mode africaine c’est aussi faire vivre son industrie et en porter les créations au quotidien et pas uniquement pour des occasions spéciales.

Bon début de semaine mes beautés. Lentement mais surement, soutenons le Made in Africa.

Veste/Jacket : Imane Ayissi disponible sur LAGO 54

Chaussures/Shoes  : Christian Louboutin

Denim : Levis 501

Boucles d’oreilles/Earrings : Tissame

Photos : Andreus Fox

Je suis une femme Imane Ayissi

Premier look post anniversaire et bien entendu Maman Scheena porte du Imane AyissiComme vous le savez, il y a deux jours, j’ai eu 23 ans for ever (c’est l’âge que je me donne à tous les anniversaires depuis mes 23 ans) et quelle belle journée j’ai passé ! Entre vos messages par centaines sur les réseaux sociaux, la petite fête surprise organisée une de mes meilleures amie avec mes enfants, les soirées que j’enchaîne depuis avec les amis de Paris (réalisant que je ne tiens plus au bout de 3 verres), je ne pouvais pas rêver de meilleur anniversaire.

Encore merci à tous pour vos voeux et messages très touchants. On repart pour une nouvelle année ensemble avec des looks, qui, j’espère vous donneront envie de porter plus de Made in Africa et de soutenir des créateurs du continent et on commence avec cette sublime pièce du créateur camerounais Imane Ayissi. Si une robe devait définir la femme je suis aujourd’hui, vous l’avez sous les yeux : africaine, élégante, sophistiquée, simple, sans chichis, majestueuse, imposante, belle, originale, rare.  La bonne nouvelle : vous pouvez vous offrir les pièces de la dernière collection « Sheroes » de Imane Ayissi en ligne sur la boutique Lago 54.

Faites-vous plaisir !

Robe/Dress : Imane Ayissi disponible sur LAGO 54

Chaussures/Shoes  : Christian Louboutin

Boucles d’oreilles/Earrings : Tissame

Photos : Yann Megnane 

Il suffit parfois d’une paire de chaussures…

18

Aaahh le romantisme… Prenez un coucher de soleil, une fille dans une tenue vaporeuse, des poses lascives et on a tout de suite un visuel digne d’une couverture de roman Harlequin. Tout ce qu’il me manque dans ce look de Imane Ayissi c’est un bouquet de fleurs et un amoureux transi à mes côtés pour intituler mon roman à l’eau de rose : le destin de Scheena. Tellement  kitch et romantique !! Continue reading >

Organiser sa vie autrement…

3

Hello blog,

j’ai voulu partager avec vous quelques « conseils de Scheena » qui me sont venus à l’esprit après deux jours de travail avec une nouvelle cliente. Elle lance une marque d’accessoires et comme à chaque fois, je suis hyper emballée par le projet comme si c’était le mien. Tellement que lorsque nous nous sommes assises pour coucher les objectifs de la marque sur papier, elle m’a avoué avoir un peu peur car je voyais peut-être trop grand et qu’elle n’était pas sûre d’y croire assez elle-même. Continue reading >