Archives du mot-clé Celine

Pour une saison et une raison…

Certaines personnes ne sont dans notre vie que pour une saison parfois deux ou trois. Comme les feuilles qui bourgeonnent au printemps, brillent de tout leur vert en été et finissent par faner et tomber en automne pour finalement disparaitre en hiver, elles ne sont là que pour un temps limité. Lorsque l’on a compris cela, on accepte plus aisément la nécessité de les laisser partir et de ne pas forcer les choses. Très souvent, il suffit d’un coup de vent, d’une période de tourmente pour qu’elles se détachent de nous et s’en aillent. Avec le vent. Eh ben, bon vent !

Et puis il y a les personnes qui sont comme des branches. Apparement plus solides que des feuilles mais avec le temps, elle prennent trop de place dans notre vie et commencent à nous peser et nous faire porter le poids de ce qu’elles sont : des branches. Inéluctablement, la nature et, encore une fois, le temps feront leur travail : la branche finira pas ployer puis se casser et nous libérer d’un immense poids. Ces personnes sont ce que l’on appelle souvent des personnes toxiques ou des gens pour qui nous faisons tellement sans qu’elles ne ressentent la nécessité de nous soulager en retour. Des boulets quoi ! Lorsque ces branches tombent, n’essayez pas de les recoller à votre tronc, c’est impossible. C’est le cycle de la vie. Acceptez que le lien soit rompu et continuez de grandir seul(e).

Enfin, il y a les racines. Ces personnes qui sont la colonne vertébrale qui vous tient debout qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige. Ils sont le rappel de qui vous êtes, d’où vous venez et où vous allez. Les racines de tout arbre le définissent mieux que toute autre chose. Elles le maintiennent fermement ancré au sol. Et quand bien même un ouragan vous frappera, ce sont vos racines qui vous éviteront de vous décrocher en vous retenant solidement. Quand la sécheresse sévira, ce sont ces mêmes racines qui iront chercher les dernières ressources tout au fond de la terre pour ne pas que vous mourriez. Sacré racines… Elles n’ont pas besoin de se faire voir et pourtant elles font le job mieux que personne. Pensez à les nourrir parce que sans cet échange, ce don de l’un à l’autre, vous allez tomber et vous fracasser dans la vie sans le moindre doute.

Vos feuilles, branches et racines peuvent être vos parents, vos amis des bons et mauvais jours,  votre compagnon ou compagne, vos enfants, vos frères et soeurs, votre mentor, un collègue, un rôle model… Arrive un temps dans la vie où nous devons apprendre à faire le tri et savoir qui est qui et qui est quoi dans notre vie pour mieux savoir laisser partir ceux qui étaient là pour une saison et une raison et garder auprès de nous ceux qui sont censés être là pour toujours.

N’attendez pas toujours que les feuilles et les branches tombent d’elles-mêmes. Il suffit parfois d’un bon coup de sécateur. Pour cela il faut accepter, voire créer,  la saison et assimiler la leçon : ces personnes étaient là pour nous apprendre quelque chose sur nous, sur elles, sur la vie. Elles sont ce qu’elles sont et nous ne pouvons pas planter des feuilles ni une branche en espérant qu’elles donnent un arbre. Une feuille restera toujours une feuille, idem pour une branche. L’accepter c’est pardonner aux feuilles et branches de notre vie de ne pas avoir été des racines. Et lorsque cette leçon est bien apprise, on peut avancer plus sereinement en évitant de commettre les mêmes erreurs : laisser n’importe qui entrer et peser dans notre vie ou pire encore, essayer de changer une feuille en racine. Les gens sont comme ils sont malheureusement et ils ne changent que s’ils l’ont décidé eux-mêmes, pas parce que nous avons crié, hurlé, insisté…

Cette analogie de l’arbre au gré des saisons n’est pas de moi mais de Tyler Perry. J’essaie tant bien que mal de me l’appliquer depuis quelques années et j’espère que vous y arriverez également. Lentement mais sûrement, l’arbre grandit…

Je vous souhaite un bon week-end mes beautés !

 

Perfecto : Celine

Robe : Asos

Escarpins : Mango 

Coiffure : Beautiful Hair Paris

Letter to Mema…

A M’ma,

Comment vas-tu ? Bien, je le sais. Je n’ai aucun doute là dessus.

J’ai rêvé de toi il y a quelques jours mais ça, tu dois le savoir. En me réveillant, j’ai gribouillé mon rêve quelque part mais je n’arrive à retrouver mes notes depuis. Tout ce dont je me souviens, c’est que tu semblais en colère contre moi, ce qui ne te ressemble pas beaucoup.

Tu sais, en triant les photos de cette robe que je me suis fait coudre ici à Paris, je me suis rappelée de la première fois où je suis allée chez un tailleur.

C’était avec toi.

À Akombang.

De l’autre côté de la frontière.

Au Cameroun.

T’en souviens-tu ? Moi parfaitement. J’avais 7 ou 8 ans. Tu m’as fait coudre un mini Caba ngondo dans un pagne avec un imprimé violet. Je me souviens parfaitement des volants sur les manches, des petits oiseaux qu’il y avait sur le tissu. Nous sommes allées faire les courses le temps que le tailleur travaille et quelques heures après, ma robe était prête. Chaque été quand je venais te voir, j’avais droit au même rituel et à un nouvelle robe à Akombang. Je me souviens que je ne les portais pas pour de grandes occasions; tu me les faisais enfiler par dessus un jogging pour t’accompagner aux champs, mon petit panier au dos. Je me souviens qu’au retour, tu gardais pour toi le poids du bois, des tubercules de manioc, du régime de bananes, des ananas, des interminables cannes à sucre, ne laissant dans mon panier que quelques légumes pour ne pas me scier les épaules. A M’ma…

De toi, il me reste tant de souvenirs qu’il me faudrait une vie entière pour les raconter. Il me reste aussi tes robes en pagne. Beaucoup de robes en pagne. Je les porte non plus aller aux champs (difficile ici à Paris) mais pour faire mon ménage à la maison, comme Maman le faisait, comme tu le faisais, comme ta mère, Ninè Mengue Bé, avant toi le faisait.

Pour les grandes occasions, je sors le pagne sans hésiter. Si je ne m’achète pas une tenue toute prête, je fais comme tu m’as appris : je cherche un tailleur et me fais coudre une tenue tout droit sortie de ma tête. Devine ce que je vais porter pour le mariage de Sisi cet été : une tenue en pagne ! Pas n’importe quel pagne attention : du super Wax de Vlisco. Tu adorerais ! Comme je sais que tu adorerais celle que je porte ici. Y a t-il une seule chose que tu n’adorais pas chez moi de toutes les façons ? Je t’entends d’ici dire : « Éké kélé kéléééé !!! » en signe de joie et d’approbation.

Aaaah Mema, je veux que tu saches que je continue de porter le pagne à la moindre occasion, je sais trop bien tout ce qu’il signifie chez nous. Je veux que tu saches également que j’inculque l’amour du pagne que tu m’as transmis à Paloma mais aussi à d’autres femmes autour de moi. Je ne peux qu’imaginer combien cette pensée te ravit…

Je t’attends dans mes rêves et espère n’avoir rien fait pour te fâcher depuis la dernière fois. De toutes les manières, tu n’as jamais pu me gronder.

Tu me manques beaucoup mais ne t’inquiète pas, je suis heureuse.

En attendant de nous revoir un jour, de venir me lover dans tes bras et respirer l’odeur de ta robe en pagne… Pas trop tôt j’espère. Me nguen ma kale bwane.

Je t’aime Mamie.

PS : Comment trouves-tu ma robe ? Nfang n’est-ce pas ? Yaaaa !!!!

Robe/Dress : Vlisco Shop online here : VLISCO

Sac/Bag : Celine

Shoes/Escarpins : Manolo Blahnik

Photos : Andreus Fox

Manteau beige pour fille en or

Et Dieu créa la femme. A priori à partir de la côte d’un homme, de son homme afin que lorsqu’elle le croiserait plus tard, elle sache qu’ils ne sont et ne font qu’un. Ce serait ainsi que l’on reconnaît notre âme soeur : on a l’impression d’avoir été créés l’un pour l’autre, d’avoir été destinés à se rencontrer, à s’aimer, à être parfaitement complémentaires comme un puzzle à deux pièces.

Il y en a qui passent leurs vies à chercher leur âme soeur, il y a en qui la rencontrent dans les rayons de magasins, précisément au rayon manteaux de 123 Paris. On s’est regardé, on ne s’est pas parlé, on a su que nous étions faits l’un pour l’autre au premier regard…  C’est ainsi que j’ai rencontré celui qui deviendra mon manteau chéri cet automne et l’hiver prochain et depuis lors, je ne fais plus un pas sans lui. Comment je sais qu’il a été fait pour moi et moi pour lui ? D’abord sa couleur. Le nude est une des couleurs qui complimente le mieux mon teint. Regardez vous-même comment il semble se fondre en moi et la peau dorée qu’il me fait… Ensuite sa coupe et sa longueur sont parfaites pour ma morphologie. Je suis grande et plutôt fine, mais avec ses belles épaulettes, il me donne plus d’allure encore. Et ce tombé, ce tombé, ce tombéééééé…

Bref, si vous recherchez un nouveau manteau pour le froid qui arrive, je vous le recommande vivement et pour le shopper, ce sera par ICI. Qui sait si en plus d’un beau manteau, vous rencontrez en boutique un gentil garçon (qui cherche quoi dans les magasins pour femmes au fait ???? Ah ah ah ah ah ah !!). 

Manteau/Coat : 123 Paris

Pantalon/Pants  : 123 Paris

Chaussures/Shoes  : Vince Camuto

Photos : Andreus Fox

Chic en turban

Vous savez combien je suis fan d’un bel imprimé ! Lorsqu’en plus, il se retrouve sur une robe aussi joliment pensée et coupée, comment résister ? Cette robe Sarayaa Fashion est ce que j’appelle un bel investissement car c’est le genre de pièces que je pourrais porter à tellement d’occasions avec des accessoires différents : une veste noire, un perfecto en cuir, une chemise blanche, des chaussures plates, des chaussures à talons etc. Bref, les possibilités sont infinies et dépendront bien sûr de vos goûts (et couleurs) qui ne se discutent pas.

Pour ce look , j’ai opté pour un turban que j’ai acheté sur un marché près de chez moi à 1 euro. Oui, 1 euro mais qu’est-ce qu’il est chic n’est pas ? Ne m’en demandez pas la marque, il n’y en pas sur l’étiquette mais si vous avez très envie d’enturbanner vos looks, je vous recommande de visiter la boutique Indira de Paris. Thank me later !

Allez, bon début de semaine mes beautés. Soyez beaux, soyez brillants. Toujours.

Robe/Dress : Sarayaa Fashion 

Chaussures/Shoes  : Christian Louboutin

Sac/Bag : Celine

Photos : Sasha K

Mère et fille en pagne

Cela faisait bien longtemps que ma Palo et moi n’avions pas fait de duo sur le blog. Pour l’occasion, nous avons voulu vous donner quelques idées de looks pour vous démarquer à événement de type mariage, anniversaire ou baptême avec des tenues en pagne qui ne manqueront pas de faire en sorte que l’on se souvienne de vous.

Je porte un ensemble Natacha Baco et pour la princesse, ben une robe de princesse mais qui ne vient pas de Disney pour une fois ! Tout récemment, le facteur a apporté à Paloma cette robe de Kimy Jolie, une marque de vêtements et accessoires pour petites filles sages (ou pas) avec plein d’idées et de rêves dans la tête. Paloma l’aime tellement que pour la photo de classe cette semaine, elle la portera si ce n’est pas une robe de Mademoiselle Blé (que nous avions découvert ici). Dans tous les cas, ce sera une robe en pagne parce qu’elles sont « trop jolies Mamaaaannnn !!!! ».

Ben oui qu’elles sont jolies ma poupette. Avec ces motifs, ces couleurs et ton beau sourire, on ne verra que toi sur la photo mon enfant adoré !

Je porte : Natacha Baco

Paloma porte  : Kimy Jolie

Sac/Chaussures  : Celine/ Sophia Webster

Photos : Andreus Fox