Archives pour la catégorie Coiffure/Hair

Restons intentionnels…

J’ai pris ces photos il a quelques jours avec pour but de vous parler des coiffures sophistiquées que l’on peut faire avec des cheveux afro. Et puis il y a eu hier, ou du moins la tuerie folle de Las Vegas il y a deux jours. J’ai essayé autant que possible de ne pas regarder la moindre image de cet événement insensé en évitant soigneusement les chaines d’infos mais il a fallu que mon fil d’actualité Facebook laisse se déclencher une video dont quelques secondes ont suffi pour m’ébranler hier. Et là, j’ai pleuré, j’ai pleuré longtemps dans le silence de mon chez moi parce que mon esprit ne comprenait plus ce monde dans lequel nous vivons.

J’ai pleuré devant toutes les souffrances qu’il nous est donné de regarder avec banalité aujourd’hui : ces villes inondées récemment, les pays en guerre depuis toujours, les réfugiés par millions, les attaques terroristes à travers le monde, les deux jeunes filles égorgées à Marseille, les morts dans mon pays il y a un an, les personnes récemment décédées dans ma famille, mon propre lot de galères…

J’ai pleuré car j’essayais de garder la tête hors de l’eau depuis le matin parce qu’une série de mauvaises nouvelles me tombait dessus mais j’ai fini par craquer. Et alors que j’allais commencer à m’apitoyer sur mon sort, j’ai fait ce que je fais toujours : j’ai prié. J’ai dit à Dieu ce que je sais : que je traverse une zone de turbulence et qu’au dessus il ne peut y avoir que le soleil. Je lui ai dit que je m’en remettais à sa volonté et qu’elle soit faite. Je lui dit aussi souvent que je sais qu’il nous a dit : « aide-toi, le ciel t’aidera« , « déchargez-vous sur lui de tous vos soucis car lui-même prend soin de vous » et « après que vous aurez souffert un peu de temps, il vous perfectionnera lui-même, vous fortifiera et vous rendra inébranlables« . C ‘est pourquoi, passé la décharge émotionnelle, je me suis ressaisie comme toujours évitant de ne surtout, surtout pas me complaire dans le plaisir des larmes car je me dis qu’il y a des personnes qui ont plus de raisons de pleurer que moi. Ceux qui viennent de perdre un parent ou un enfant, ceux qui souffrent d’une maladie inguérissable, ceux qui sont réfugiés, ceux qui sont blessés, ceux qui n’ont pas de toit au dessus de leur tête, ceux qui ont faim…

Alors, je me suis levée et comme toujours, j’ai essuyé mes larmes, vaqué à mes occupations, passé quelques coups de fil, envoyé des emails pour commencer à solutionner une partie de mes soucis. Puis j’ai emmené ma fille faire les courses de la semaine même si l’envie n’y était pas (il faut bien qu’on mange). Et au rayon produits ménagers, une femme s’est avancée vers moi pour me demander si je ne suis pas Scheena Donia. J’avais une sale tête, les yeux bouffis et la mine fatiguée mais je lui ai dit que c’était bien moi (je n’allais pas mentir). Elle m’a dit qu’elle me suivait sur Instagram, qu’elle aimait beaucoup ce que je faisais. Je me suis sentie si vide à cet instant, incapable de trouver quelque chose de Scheena-esque à lui répondre. Je crois que j’ai dit merci et nous nous sommes dit aurevoir. Quelques minutes après, j’ai reçu un texto d’une amie qui tenait à me dire sa soeur lui a dit à mon sujet que lorsque l’on « se sent déprimé, découragé, tu es vraiment la personne à voir. Tu l’as vraiment reboostée« . Et là, je me suis souvenue du plus important : l’amour. L’amour des gens qui m’anime en permanence ici. Quoi que nous traversions, restons intentionnel dans l’impact de nos paroles et actions sur les autres. On ne peut pas décemment se lever pour faire du mal à autrui. Tout le monde en a déjà gros sur le coeur, plus, moins que nous mais tout le monde souffre de quelque chose. Puissions-nous vivre avec l’intention de ne pas faire de mal en plus aux autres à défaut de leur faire un peu de bien, de leur donner de l’attention, de l’amour, du temps, un sourire, un peu, beaucoup.

Quoi que j’ai sur le coeur, je tâche de garder cette intention en tête avec chacun de vous ici. Je ne sais pas ce que vous traversez mais je prie pour chacun de nous. Je prie pour ceux qui nous font du mal car personne ne souffre autant que les personnes qui ressentent le besoin de blesser les autres. Je prie pour qu’ils trouvent la paix de l’âme et pour que nous arrivions à leur pardonner comme nous espérons que l’on nous pardonne nos offenses. Par dessus tout, je n’ai qu’une intention sur ce blog : que mes paroles arrivent toujours à point nommé pour vous redonner le sourire, l’espoir, l’envie, la force, l’amour de vous-mêmes et des autres.

Much love. SD.

Robe/Dress : Adrianna Papell

Coiffure/Hair : Mymou de Moha

Photos : Andreus Fox

African beauty

Je pourrais vous parler des femmes Bantu, peuple qui occupe l’est, le centre et le sud du contient Africain et dont je fais partie mais je ne le ferai pas. Je me contenterais de leurs rendre hommage avec cette coiffure inspirée de mes aïeules. Cette coiffure est appelée « Nka », « Akassi » ou tresses au fil dans mon pays. D’après mes tantes, mes cheveux ne s’y prêtaient pas, j’avais donc droit aux nattes à la place. Mon amie Carlyle en vacances chez moi depuis quelques jours leurs prouve ici le contraire. Le Nka me va bien. Très bien même. Je suis une Bantou ou pas ?

Je pourrais vous parler des femmes Peuls, un peuple connu pour ses ancêtres nomades implantés aujourd’hui dans différents pays d’Afrique tels que le Mali, le Niger, la Guinée, le Cameroun etc. On dit que les femmes Peuls sont parmi les plus belles au monde et ce n’est pas faux. La beauté fait partie intégrante de la culture de ces soeurs qui ont la particularité et se tatouer les lèvres au henné. Mes lèvres noires aujourd’hui sont mon hommage à ces beautés d’Afrique. 

Je pourrais vous parler des femmes Hereros de Namibie qui portent depuis le XIXe siècle, des costumes de l’époque victorienne en signe de défiance envers les colons allemands qui  ont  exterminé 80% de leur population entre 1904 et 1907 quand les Hereros se révoltèrent. Pendant ces années de révolte, certains Hereros volaient les uniformes des soldats allemands qu’ils avaient tué pensant ainsi récupérer leur force. Aujourd’hui encore, les Hereros confectionnent et portent encore des robes et costumes d’époque pour perpétuer cette tradition.

Je pourrais parler de long en large de tant de cultures africaines et de toutes les raisons pour lesquelles nous devrions y trouver une source d’inspiration en  matière de mode, de beauté et de coiffure. Je vous invite à arrêter de voir la beauté uniquement chez les autres et pas chez soi. Soyons fiers de nos origines, arrêtons de penser que seuls les modes, coiffures, rituels beauté venus d’ailleurs ont droit de cité. Les nôtres valent leur pesant d’or  et c’est la raison pour laquelle je n’aurai de cesse de promouvoir ici les personnes qui rendent hommage à l’Afrique encore trop peu valorisée. Parmi ces personnes, il y a le créateur Imane Ayissi du Cameroun dont la dernière collection était justement inspirée par les femmes Hereros. Je vous invite à offrir ou vous faire offrir une pièce de cette collection disponible sur LAGO 54. Pourquoi ? Parce qu’apprécier la mode africaine c’est aussi faire vivre son industrie et en porter les créations au quotidien et pas uniquement pour des occasions spéciales.

Bon début de semaine mes beautés. Lentement mais surement, soutenons le Made in Africa.

Veste/Jacket : Imane Ayissi disponible sur LAGO 54

Chaussures/Shoes  : Christian Louboutin

Denim : Levis 501

Boucles d’oreilles/Earrings : Tissame

Photos : Andreus Fox

En route la Natural Hair Academy !

Ca y est ! Nous sommes au D Day de la Natural Hair Academy, la messe des cheveux afros à Paris. Je vais m’y rendre pour la toute première fois (quelle honte !!!) ce matin pour découvrir des marques de produits capillaires, dégoter des conseils pour prendre encore mieux soin de mes cheveux auprès des panelistes dans les différents ateliers et bien entendu, pour rencontrer quelques unes de vous avec plaisir.

En une journée de NHA, vous saurez tout, tout sur les cheveux naturels, il n’y qu’à regarder le calibre des invités et le programme ici. Quelques unes des plus grandes youtubeuses et blogueuses noires y seront, sans oublier les américaines qui font toujours un tabac chaque année avec leurs secrets de beauté tout droit sortis d’un clip de Beyoncé. La NHA organise également de nombreuses conférences tout au long de la journée et parmi les invitées de marque cette année, il y a l’iconique Angela Davis, la journaliste Rokhaya Diallo, la chanteuse Imany ou encore l’ancienne miss France Flora Coquerel.

Et comme on ne peut pas penser à la beauté sans la mode, vous trouverez à la NHA des stands de marques de vêtements. C’est le cas de Sarayaa Fashion dont je porte un top ici. Sarayaa est une marque sénégalaise que j’ai déjà eu le plaisir de vous faire découvrir sur le blog il y a un an. Si vous craquez pour ce top, vous saurez donc où le trouvez aujourd’hui.

Bonne NHA à toutes. Au plaisir de vous y croiser.

Top : Sarayaa Fashion 

Pantalon/ Pants : 123 Paris

Chaussures/Shoes  : Manolo Blanhik

Choker : Valeri Christina

Photos : Sasha K