Archives mensuelles : mai 2017

Il n’est jamais trop tard pour faire demi-tour

Se peut-il que vous ayez le sentiment de tourner en rond dans votre vie professionnelle au point d’avoir perdu tout enthousiasme à l’idée même de faire les choses les plus simples de votre quotidien ? Et bien entendu, plus ce sentiment est présent, plus cela se ressent dans votre vie perso. Vous avez beau essayer, beau vous donner, le « truc » est parti. Been there… Il est peut-être temps de refaire un point sur vous-même.

Tout d’abord, en changeant de méthode. Quel que soit votre travail, changez votre manière de faire parce que vous n’aimez eut-être plus ce que vous faites comme au début. Soyez plus instinctif et moins dans la méthode purement « process ». Si vous vous ennuyez dans ce que vous faites, explorez des horizons nouveaux, des endroits nouveaux, des choses nouvelles sans peur. L’ennui est un excellent indicateur d’une chose : le moment de passer à autre chose. Il est peut-être donc temps pour vous de faire autre chose à défaut de faire ce que vous faites différement. Mais comment Scheena ? Ah ah ! En faisant ce qui vous plait et pas ce que les autres font.

Lorsque j’ai lancé mon blog il y a 4 ans, mes ados m’ont recommandé de créer ma chaîne Youtube parce que « tout le monde est sur Youtube Maman« . Pas faux ! J’ai créé ma page Youtube uniquement pour sécuriser le nom mais je n’ai jamais fait de vidéos parce que c’est quelque chose qui ne me fait toujours pas envie. Et pourtant, ceux qui me connaissent savent que je suis très à l’aise devant une caméra mais je n’en ai pas envie, donc je ne le fais pas même si le monde entier est sur Youtube.

Ce qui vaut pour Youtube vaut également pour la Zumba, habiller ses enfants en blanc, manger du kale, faire une détox, lancer une marque de vêtements, s’expatrier, avoir les cheveux naturels, travailler dans le digital, se marier… Rien de tout cela n’est obligatoire. Do you ! De grâce, faites ce qui vous plaît et vous épanouit.

S’il y a une chose en laquelle j’ai pleinement confiance pour cela, c’est mon instinct. Nous sommes tellement instinctives nous les femmes mais en même temps, c’est terrible le nombre de femmes qui ne se servent pas de ce don qui est une sorte d’alarme intérieure. Il n’est pas une personne en laquelle j’ai confiance plus que j’ai confiance en moi-même. Pourquoi ? Parce que j’ai appris à m’écouter même si je prends avec plaisir les avis des autres. En dernier ressort, cette voix intérieure, je sais qu’elle ne me veut que du bien et je lui fais confiance parce que jusque là, elle ne m’a jamais trompée.

En plus de ce don, nous en avons d’autres : une/des qualification(s), du vécu, une expérience, des talents innés ou acquis. Souvenez-vous en, dressez-moi cette jolie liste et faites-le savoir à qui de droit ! Le monde a besoin de vos talents, de votre expérience, de vos galères, de vos échecs, de vos petites et grandes réussites. Je vous le jure, il y a quelqu’un, quelque part qui a besoin de l’une ou l’autre de ces choses qui sont propres à vous pour voir sa vie ou faire les choses autrement.

En faisant ma liste à moi, j’ai compris que parmi mes talents, il y en avait un que  j’ai développé ces dernières années en temps que coach : la capacité d’aider les gens à faire le point et à avoir les idées tellement plus claires sur leurs vies personnelles et professionnelles. Je suis également une pro de la com (mes états de services au Gabon sont impressionnants), je suis une maman avec 20 ans d’expérience et pourrais écrire des encyclopédies sur la maternité, je suis une fière ambassadrice de la mode, de la culture et du lifestyle à l’africaine. Et qu’est ce que j’ai compris ? Que je pouvais faire de toutes ces expériences quelque chose d’utile pour moi et les autres. Je l’ai converti dans différents projets professionnels sur lesquels je travaille avec beaucoup d’enthousiasme alors que je commençais un peu à m’ennuyer dans ma routine. La com, l’image, l’Afrique, la maternité, la mode : voilà mes terrains d’expertise et cerise sur le gâteau : sont à aussi mes passions. Amen to that !

En faisant ce travail d’introspection sur vous, vous aurez une meilleure idée de la voie que vous voulez suivre. Ne vous contentez pas d’en rêver ou de le coucher sur papier. Faites-le ! Passez à l’action en commençant par changer d’air, à aller prendre votre café quotidien dans de nouveaux endroits, en prenant le bus au lieu du métro, en vous rendant à des événements nouveaux, en fréquentant des gens d’horizons nouveaux. Toute cette nouveauté vous offrira des perspectives nouvelles. Faites-le et devenez cette personne que le monde a hâte de voir ! Et si vous ne savez vraiment pas par où commencer, envoyez-moi un email ici : sd@scheenadonia.com et prenons rdv pour une séance de coaching.

Faire demi-tour est-ce un aveu d’échec ? Non, c’est une preuve de courage, d’authenticité, de confiance en soi et en son instinct. Mieux encore, c’est reculer pour mieux sauter dans une nouvelle direction de notre vie. Foncez ! Je l’ai fait et suis tellement plus en paix avec moi-meme…

Top :  Zara

Jupe/ Skirt: Eddy Anemian

Turban : Debaz

Chocker  : Valeri Christina

Photos : Andreus Fox

Bienvenue au royaume du pagne

Le tailleur… C’est le couturier personnel des femmes en Afrique et chaque modeuse est supposée avoir le sien pour être la plus belle à la moindre occasion de porter du pagne.

D’aussi loi que je me souvienne, celui de ma famille s’appelle Steven mais nous l’appelons « Man ». Allez savoir pourquoi ! Lorsque je vivais au Gabon, j’aimais attendre dans sa boutique qu’il termine de me confectionner ma tenue (très souvent pour des mariages coutumiers) pour pratiquer mon anglais avec lui car Man est du soit du Ghana, soit du Nigéria (il faudra que je lui demande un jour).

Ce que l’on doit savoir sur les tailleurs plus que leur nationalité ou leur capacité à parler une autre langue, c’est qu’il ne remettent pas toujours la tenue le jour prévu. Ben oui, plus ils sont « bons », plus ils ont de clientes et plus les délais sont longs. La rançon de la gloire… C’est la raison pour laquelle je disais toujours à Man que je dois récupérer mes tenues le vendredi quand j’en avais besoin le samedi le samedi par exemple. La seule fois où je n’ai pas pris cette précaution, j’ai fini en portant mon pagne non cousu sur les épaules comme un châle au mariage de mon amie d’enfance Carlyle. Man n’en était qu’au patronage quand je suis passée à son atelier. Aujourd’hui j’en ris mais je n’en menais pas large au mariage de mon amie…

Pour vous éviter ce genre de déconvenue, je vais partager avec vous le contact d’un tailleur que l’on m’a fait découvrir récemment. Il travaille dans une boutique-atelier appartenant à une compatriote : le royaume du pagne. C’est de là que vient ma veste commandée à Paris et envoyée spécialement de Libreville. La boutique est située à Louis à côté de l’ancien Oasis et vous aussi vous pouvez y faire coudre la tenue en pagne de votre choix mais également acheter sur place des accessoires dits ethniques, le tout dans la clim ! Ne riez pas, la clim est un luxe que personne ne se refusera, surtout pas quand il s’agit d’attendre chez son tailleur que sa tenue soit finie d’être cousue.  Le contact tel est ici : 07 89 51 42.

Bon début de semaines mes beautés. Si vous passez par le royaume du pagne, passez le bonjour à Christine de ma part.

Much love. SD

Veste /Jacket : Le Royaume du Pagne à LIbreville. Tel : 07 89 51 42

Pantalon/ Pants : 123 Paris

Chaussures/Shoes  : Christian Louboutin 

Soiaires / Sunnies : Saint Laurent Paris

Photos : Andreus Fox

Kimono and flowers, not by Kenzo…

Bonjour mes beautés ! Nouvelle semaine, nouveau look pour la commencer avec un kimono, l’une des pièces phares de cette saison avec le retour du soleil. J’ai trouvé le mien chez 123 Paris, une marque française que j’affectionne particulièrement.

Si vous pouviez sentir la matière de ce vêtement…  Il peut se porter au travail (oui, oui), à la maison (façon pyjama chic) mais aussi à des occasions spéciales le jour comme le soir : mariage, baptême, cocktail, restau en amoureux. C’est tout ce que j’aime dans un vêtement : qu’il me corresponde, qu’il tombe bien, qu’il soit beau et multi-occasions.

Vous trouvez le lien pour trouver ce kimono en ligne ici et me direz merci plus tard.

Bon début de semaine à tous. Soyez beaux. Soyez brillants. Toujours !

Kimono : 123 Paris (acheter le HAUT ICI et le BAS ICI)

Chaussures/Shoes  : Christian Louboutin

Photos : Andreus Fox

Mère et fille en pagne

Cela faisait bien longtemps que ma Palo et moi n’avions pas fait de duo sur le blog. Pour l’occasion, nous avons voulu vous donner quelques idées de looks pour vous démarquer à événement de type mariage, anniversaire ou baptême avec des tenues en pagne qui ne manqueront pas de faire en sorte que l’on se souvienne de vous.

Je porte un ensemble Natacha Baco et pour la princesse, ben une robe de princesse mais qui ne vient pas de Disney pour une fois ! Tout récemment, le facteur a apporté à Paloma cette robe de Kimy Jolie, une marque de vêtements et accessoires pour petites filles sages (ou pas) avec plein d’idées et de rêves dans la tête. Paloma l’aime tellement que pour la photo de classe cette semaine, elle la portera si ce n’est pas une robe de Mademoiselle Blé (que nous avions découvert ici). Dans tous les cas, ce sera une robe en pagne parce qu’elles sont « trop jolies Mamaaaannnn !!!! ».

Ben oui qu’elles sont jolies ma poupette. Avec ces motifs, ces couleurs et ton beau sourire, on ne verra que toi sur la photo mon enfant adoré !

Je porte : Natacha Baco

Paloma porte  : Kimy Jolie

Sac/Chaussures  : Celine/ Sophia Webster

Photos : Andreus Fox

En marche les amies !

Avec l’élection il y a deux jours d’Emmanuel Macron, j’ai voulu vous rédiger un billet sur l’ambition, l’audace, le fait de croire en soi et de bien s’entourer. Et puis, je me suis dit que j’allais à la place rendre hommage à des personnes exceptionnelles : mes amies d’enfance.

Elles s’appellent Carlyle, Liliane, Elvira, Wilma, Laetitia et Gloria. En dehors de la dernière, toutes vivent sur un autre continent que moi et malgré la distance, malgré le fait que parfois nous pouvons ne pas nous voir pendant des années, rien n’altère le lien qui nous unit et toutes retrouvailles sont la continuation d’une conversation qui semble s’être terminée la veille.  Vous connaissez ce sentiment n’est-ce pas ?

Il n’est pas un combat, une joie, un malheur comme un bonheur qu’elles n’aient partagé avec moi. Les chagrins d’amour, l’obtention d’un diplôme, notre groupe de RNB (oui, oui !!!!), les naissances de nos loulous, les décès de nos proches, les mariages des unes, les séparations des autres, les problèmes d’argent, les projets professionnels, la maladie, tout y est passé !

Nous nous parlons sans pudeur, sans besoin de plaire, d’impressionner, de se la raconter et préférons nous moquer de nos malheurs, rire ensemble de nos conneries et surtout, jamais, jamais nous ne nous jugeons.

Je me suis déjà bien fachée avec la plupart d’entre elles au point de ne plus nous adresser la parole pendant longtemps.

Leurs parents m’ont adoptée, tous autant qu’ils sont !

Leurs enfants sont les miens, les miens sont les leurs. Trois de ces amies sont les marraines de mes aînés (Paloma n’est toujours pas baptisée, pardon mon Dieu) et je suis en train de me positionner pour être la marraine des bébés de deux d’entre elles (un fraichement né, l’autre à venir).

Et pendant que mes souvenirs vieux de plus de 20 ans me remontaient, je me suis rappelé nos conversations les après-midi au lycée au sujet de ce que nous ferrions/serions plus tard. Je sais que nous n’y sommes pas encore arrivées complètement mais une chose est certaine : nous pourrons toujours compter sur le soutien inconditionnel les unes des autres.

Les filles, en marche ! On ne lâche rien. Une dernière chose que vous saviez déjà : je ne pouvais rêver de meilleures amies sur cette terre que vous. Ma mère m’a donné deux soeurs. Vous êtes les soeurs que la vie m’a donné en bonus exceptionnel.

Je vous aime et vous remercie pour tout.

Rapetou (oui, c’est mon petit nom dans la bande).

PS : Ayons une pensée pour nos amis aujourd’hui. Ils/elles traversent peut-être une épreuve difficile que nous ne soupçonnons même pas. Un coup de fil, un petit mot via Whatsapp pour demander si tout va bien (le travail, la santé, les amours, les enfants, la famille etc) et être l’oreille à laquelle ils avaient peut-être désespérément besoin de se confier aujourd’hui.

« That’s what friends are for » comme dirait la célèbre chanson…

Much love.

Combinaison : Mansaya

Escarpins/Shoes  : Sophia Webster

Sac/Bag  : Zara

Photos : Andreus Fox